Descriptif TDB & aspects particuliers

L’histoire de la renaissance du Tour de Belgique passe par une découverte insolite : celle du road-book du Tour de Belgique 1973 sur un stand d’une brocante mécanique.  Très vite la curiosité de Robert Vandevorst prit le dessus et, en essayant de suivre l’itinéraire proposé en voiture, il s’aperçut que celui-ci était toujours d’actualité, en ce qui concerne la traversée de l’Ardenne.

Christian Jupsin, créateur et directeur de DG Sport, cherchant à mettre sur pied une épreuve de régularité pour véhicules d’époque, il ne fallut pas bien longtemps pour que les deux hommes se mettent à imaginer le retour du Tour de Belgique, rallye automobile dont la seule évocation du nom réveille de multiples souvenirs chez les nostalgiques de la grande époque des épreuves routières.
Après un accord avec le RACB, notamment pour la licence d’usage du nom de l’épreuve, la décision fut vite prise de mettre sur pied une commémoration portant ce nom évocateur.

Faire simplement revivre un nom ne suffisait pas.  Le but de l’équipe organisatrice était bien de recréer l’épreuve dans le format et l’esprit de ce qu’elle a été à l’époque. 

C’est pourquoi, en 2017,  le parcours vous propose :

  • des secteurs à routier pénalisant, c’est-à-dire des secteurs de contrôle horaire à contrôle horaire où le temps imparti doit être respecté. 
  • des tests de régularité sur routes ouvertes, à 50 Km/h maximum, sur des tronçons choisis, tronçons qui, historiquement, furent, la plupart du temps, le théâtre de spéciales dans l’histoire du Tour de Belgique ;
  • des tests de régularité sur circuit, soit par secteurs ou à 70 Km/h de moyenne, sur les circuits routiers permanents, grâce à une dérogation du RACB.  Le Tour de Belgique a toujours été le seul rallye routier belge à proposer des épreuves sur circuit.  C’est ce qui a toujours fait sa particularité, à l’instar du Tour de France auto.  Depuis 2012, DG Sport a réussi le pari de vous proposer des tests sur tous les circuits belges en activité.
  • des tests de régularité sur routes fermées, tests proposés sur des courses de côtes, anciennes ou actuelles.  Ces tests sont parcourus à 60 km/h de moyenne, comme le permet la règlementation du RACB sur ce type d’épreuves spéciales.  Il s’agit d’un retour complet à l’authenticité et à ce qu’a été le Tour de Belgique de 1966 à 1974.

Le Tour de Belgique n’est donc pas un rallye de régularité de plus : il est l’incontestable événement dans la galaxie historique en fin d’année !

Après l’incontestable réussite des quatre premières années de la renaissance de cette épreuve mythique, l’équipe organisatrice a décidé de faire évoluer considérablement le concept du Tour de Belgique.

Evolution dans le design du parcours :

  • la première étape, épreuve nocturne mettant en exergue la NAVIGATION ;
  • la deuxième étape, axée principalement sur les épreuves de régularité sur routes fermées, soit les CIRCUITS et les COURSES de COTE ;
  • la troisième étape, proposant essentiellement des secteurs de REGULARITE sur routes ouvertes et un passage sur le plus beau circuit du monde, FRANCORCHAMPS.

Evolution quant à l’appellation des catégories de participants : le TOUR DE BELGIQUE MARATHON sera celle des concurrents effectuant la totalité des trois étapes alors que la catégorie TOUR DE BELGIQUE regroupera les concurrents qui, outre le prologue, réaliseront les deuxième et troisième étapes.

Evolution dans le choix du parcours : la fermeture de certaines portions de route permet de proposer, pour le TOUR DE BELGIQUE, un itinéraire composé exclusivement de routes revêtues (pas de chemins de terre).  Elles sont sélectionnées de manière à proposer le meilleur revêtement possible.

Evolution quant aux voitures admises : les véhicules admis au TOUR DE BELGIQUE MARATHON doivent avoir un « body cage » (type de carrosserie) antérieur au 1er janvier 1982 à condition que leur motorisation ait aussi été homologuée avant cette date.  Les voitures inscrites au TOUR DE BELGIQUE doivent respecter des conditions identiques mais la date-butoir est fixée au 1er janvier 1992.

Le road-book du TOUR DE BELGIQUE est réalisé entièrement en fléché métré.  Il ne contient aucune carte ni aucun système régional de lecture de notes.  Celui du TOUR DE BELGIQUE MARATHON, s’il est identique à celui du TOUR DE BELGIQUE pour le prologue et les étapes 2 et 3, propose des secteurs en fléché métré, fléché non métré orienté et cartes tracées au 1/25.000e pour l’étape 1 (étape de NAVIGATION).

La totalité du parcours et le road-book sont réalisés par Robert Vandevorst, navigateur et organisateur renommé, secondé par toute l’équipe de DG Sport, équipe organisatrice professionnelle qui a notamment à son actif le SPA RALLY et les fameux Bikers’ Classics.  Robert Vandevorst a plus de 100 victoires en rallye historique à son palmarès, dont le premier Rallye de Monte Carlo historique.

L’équipe de DG Sport vous propose des prestations à la hauteur de l’événement :

  • encadrement professionnel ;
  • utilisation du système Tripy pour le chronométrage ;
  • pour le TOUR DE BELGIQUE, road-book en fléché métré, avec de nombreuses indications, accessible à tous, y compris pour des équipages débutants ;
  • communication des moyennes des RT (en ce compris les changements de moyenne) deux semaines avant l’événement (par courriel et sur le site Internet) ;
  • fourniture des tables de moyenne utilisées.  Lorsque des changements de moyenne seront nécessaires pour des problèmes de sécurité routière, ces changements seront implémentés dans les tables fournies.  Les équipages et leurs voitures ne devront donc pas être équipés de nombreux instruments électroniques, seul un distance-mètre (Tripmaster) étant nécessaire ;
  • repas pour tous les équipages lors des pauses de mi-journée ;
  • hôtellerie haut de gamme pour les concurrents choisissant les packs incluant ce service.

Aucun équipement de sécurité spécifique n’est nécessaire dans la voiture.  Seul le port du casque est obligatoire lors des épreuves de régularité sur circuit et routes fermées.

Autre nouveauté pour 2016 : la création du Trophée des Circuits et Courses de Côte et la prééminence des étapes de régularité sur routes fermées.  Le Trophée des Circuits et Courses de Côte permettra à l’équipage, toutes catégories confondues, réalisant les meilleures performances sur les circuits et les course de côte sur routes fermées, de s’illustrer en remportant ce trophée qui sera, à n’en pas douter, aussi disputé que la victoire au classement général.  En outre, les pénalités encourues lors de ces étapes seront doublées pour l’établissement du classement général. La volonté des organisateurs est bien de valoriser ces performances, aussi bien pour les participants au Tour de Belgique Marathon que pour les concurrents du Tour de Belgique.