Un Tour de Belgique qui en appelle d’autres

Pour sa première édition depuis 39 ans, le Tour de Belgique peut se vanter d’avoir été une réussite. Avec 71 voitures engagées, l’épreuve a récolté un énorme succès populaire.

Si beaucoup craignaient que seuls les équipages soient attiré par l’évènement, le public était effectivement au rendez-vous. Que ce soit à Chaudfontaine pour le départ, sur les circuits ou dans les campagnes hennuyère et condruzienne, le public s’est déplacé en nombre. Ce déplacement de foule fut bien aidé par la bonne organisation de DG Sport. Pour la première fois, ces derniers ont mis à disposition des coordonnés GPS pour énumérer les différents «points spectacles» du parcours.

Mais les spectateurs n’ont évidemment pas été les seuls à se régaler, les équipages aussi ! C’était impressionnant de les voir afficher un grand sourire à chaque départ d’étape. Et ça, qu’ils soient jeunes ou beaucoup plus âgés. Certains, à l’image de Pierre Hubin ou Marie Honin, n’avaient pas l’âge de leur voiture. D’autres ont justement pu redécouvrir une épreuve qu’ils ont connu, 39 ans auparavant. C’est notamment le cas de Willy Braillard. Mais quelle que soit leur tranche d’âge, tous en ressortent avec le même bilan. « Ce fut une course passionnante, explique Willy Braillard qui participait à son 4e Tour de Belgique. Bien que ce soit moins éprouvant qu’à l’époque, les organisateurs nous ont présenté un parcours magnifique, truffé de petites astuces pour départager les meilleurs. Ce fut un réel plaisir de replonger dans l’ambiance d’époque. Tout a été mis en oeuvre pour que cette édition soit une réussite. Je n’ai aucun doute sur la continuité de cet évènement. »

D’ailleurs, Christian Jupsin, le patron de DG Sport, tire lui aussi un bilan positif. Inutile d’être devin pour savoir qu’il y aura bien une prochaine édition en 2013. « L’année prochaine, nous allons repartir sur les mêmes bases que cette année, tout en rectifiant ce qui n’a pas fonctionné à cent pour cent. Je pense que cette épreuve a un bel avenir devant elle. C’est en tout cas ce qui ressort de la bouche de nombreux concurrents ! »

Du côté de Robert Vandevorst, le directeur de course, ce dernier a déjà dévoilé une partie de ses plans pour 2013. « Avec une telle réussite, c’est évident que nous sommes ultra-motivés pour remettre le couvert l’année prochaine. Dans un coin de ma tête, j’aimerai aller tourner du côté de la Gaume ou des Ardennes Flamandes. Une arrivée sur la Grand-Place de Louvain serait une chose formidable. Maintenant, ça n’est encore qu’un projet. Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura bien une édition 2013. D’après ce que j’ai entendu, certains se réjouissent déjà d’y être.»

Au niveau sportif, ce tour aura aussi entretenu le suspense jusqu’au bout avec une succession de quatre leaders différents. Yves Deflandre et Robert Rorife (Alfa Romeo Giulia 1972) se sont finalement imposés dans les derniers kilomètres de l’épreuve. En bénéficiant de la crevaison de Didier Simonis et Éric Damseaux d’une part, de celle de la famille Guilmain d’autre part, le pilote de l’Alfa Romeo Guilia a offert un super cadeau à son copilote. En remportant cette édition 2012, Robert Rorife rejoint son papa au palmarès de l’épreuve. Ce dernier l’avait remporté en 1960. La boucle est donc bouclée. Rendez-vous sans hésitation l’année prochaine pour l’édition 2013 du Tour de Belgique.