Présentation des équipages - 2ème partie

Daniel Reuter et Christian Bernard remettent le couvert pour la deuxième année consécutive.

Toujours sur leur rugissante Porsche 914/6, l’équipage a ravi les spectateurs par ses passages bien aidés par les nombreux chevaux répartis sur le train arrière de sa Porsche. « Je suis normalement habitué à rouler aux côtés de Robert Vandevorst (directeur de course du TDB). Mon copilote et moi avions dû prendre nos marques l’année dernière. J’espère que cette année, nous aurons notre mot à dire dans le haut du classement. En tout cas, je me réjouis de voir le parcours que les organisateurs nous ont concocté cette année.»
 

Yves Deflandre et Robert Rorife resteront à jamais comme les premiers vainqueurs de la réédition du Tour de Belgique par DG Sport. Déterminés à coiffer une seconde fois les lauriers, le duo a troqué son Alfa Roméo Coupé Bertone contre une Porsche 911 et pas n’importe laquelle ! Cette dernière a entre autres participé aux légendes Boucles de Spa avec François Duval en 2010. « Muni d’une telle voiture, on ne vient évidemment pas pour faire de la figuration. L’année dernière, nous avions remporté le rallye suite à la crevaison de la paire Simonis/Damseaux. Cette fois, nous voulons faire mieux et gagner sans rien devoir à personne. Notre force est l’expérience de la régularité, mais nous savons que nous devons nous améliorer sur les circuits. Avec une telle monture, ça sera un peu plus facile qu’avec l’Alfa Romeo. À nous de bien nous appliquer dans cet exercice.»

Didier Simonis et Eric Damseaux ont loupé de peu la victoire en 2012. Dans les ultimes kilomètres du Tour, un des pneus de leur Ford Mexico rendait l’âme, laissant s’échapper toutes chances de victoire alors qu’ils étaient en tête du rallye. « On part évidemment avec un esprit revanchard, explique Didier. On ne va rien changer à notre façon d’aborder l’exercice. Nous avons perdu l’édition 2012 après avoir été trop généreux en plongeant dans de mauvaises cordes. Cette année, l’organisateur a promis que les routes seraient toutes asphaltées. Ceci réduit évidemment le risque de crevaison. Pour nous, le problème est que cette année, il y aura encore plus de concurrence ! Je pense que ça va être difficile de rééditer la même course que 2012, mais on ne part pas battu d’avance ! »

Nicolas Hennes et Patrice Simon découvriront le Tour de Belgique pour la première fois ensemble. Patrice l’avait déjà bouclé en 2012 depuis le baquet de droite d’une Volvo Amazone et avait terminé 11e. « Cette année, je change de pilote et de monture, explique Patrice. Désormais sur une Porsche 911, je serai à la droite de Nicolas Hennes qui est un jeune pilote. Ce sera sa première grande course, mais je ne me fais pas de soucis. Si on parvient à rester concentré du vendredi au dimanche, je pense qu’on peut clairement se fixer un «Top 10» comme objectif. Ca, c’est au niveau sportif ! Notre but est évidemment de prendre du bon temps et rentrer à la maison avec des souvenirs pleins la tête ».