Présentation des équipages - 3ème partie

Étienne Baugnée et Benoit Remion vont découvrir le Tour de Belgique ! Venu en spectateur l’année dernière, Étienne ne voulait rater ça pour rien au monde.

«Intrigué par ce genre de course, je suis venu en espion l’année passée, rigole-t-il.  Ça m’a directement donné envie et donc, j’ai décidé de me porter acquéreur d’une MG B de 67.» Bien lui a pris puisqu’il est le dernier vainqueur de la Coupe des Sources ! « Ça ne fait qu’un an qu’on roule de façon intensive, mais on a déjà accumulé assez d’expérience pour jouer avec les meilleurs. L’objectif, ça sera évidemment de jouer la «gagne» mais aussi de profiter d’une épreuve historique qui est sans doute la plus belle de notre pays.»

Willy Lux et Yves Noelanders n’en sont pas à leur premier Tour de Belgique ! Willy est un des monuments du rallye de régularité en Belgique. Champion de la discipline, il parcourt désormais l’Europe et le monde pour étoffer son palmarès. « En 2012, j’avais décidé de prendre le départ du Tour en tant que copilote, car j’y avais déjà participé à ce poste quand l’épreuve était encore une course de vitesse, raconte Willy. Mais honnêtement, c’était une mauvaise idée (rire). Je dois avouer que ce n’est pas le rôle que je préfère. Au volant de ma Lancia Fulvia HF, je vais pouvoir remonter dans le baquet de gauche. L’expérience risque d’être donc bien différente par rapport à 2012. J’attends le départ avec impatience ! Au niveau des objectifs, outre le fait de s’amuser, on vient évidemment ici pour gagner. Cette année, plus qu’en 2012, la concurrence sera féroce. Il y aura beaucoup de prétendants pour une seule place. À nous de faire notre possible pour arriver en tête dimanche soir à Chaudfontaine.»

Michel Closjean et Freddy Moors vont effectuer leur premier Tour de Belgique ensemble ! Michel l’avait déjà couru en 2012 avec Nicolas Gilsoul (copilote de Thierry Neuville) tandis que Freddy est un habitué des rallyes de régularité. « Nous avons déjà pas mal roulé ensemble cette année donc je pense qu’au niveau de l’équipage, on devrait être au point.» Il n’y a qu’au niveau de la voiture que la pression monte ! « Malheureusement, notre Porsche 356 Pré-A connait de graves problèmes moteurs. À l'heure qu'il est, je ne sais pas si j’aurai reçu toutes les pièces pour le départ. Si jamais la Porsche n’était pas prête, je serai contraint de me rabattre sur ma BMW 2002. Croisons les doigts pour que la belle de Stuttgart puisse prendre le départ !»

Serge Adriaens et Marcel Grasges seront à surveiller pendant cette nouvelle édition du Tour de Belgique. Bien que ce soit la première fois qu’ils s’alignent sur la boucle belge, les deux hommes possèdent une longue expérience de la régularité. Ils ont entre autre accroché les Boucles de Spa légendes à leur tableau de chasse... Sur une Porsche 911 2.4l, l’équipage ne cache donc pas ses objectifs ! « Avec un tel plateau, le but sera d’être devant les autres. Maintenant, c’est une épreuve qu’on découvre et il faudra être extrêmement concentré pour espérer s’imposer. En réalité, Yves Deflandre, le vainqueur de l’année dernière, m’a donné l’envie de participer. Il ne m’en a dit que du bien, je suis donc venu voir ça de mes propres yeux. Pour être honnête, on attend le départ avec impatience.»