Présentation des équipages - 4ème partie

Philippe Bodart et José Lareppe, voilà un équipage qui devrait faire parler de lui.

Sur une Porsche 911 SC de 1979, Philippe découvrira le Tour de Belgique mais il aura, à sa droite, un copilote de renom à savoir José Lareppe, double vainqueur du Monte-Carlo Historique ! « Même si on débarque pour la première fois sur le TDB, nous n’arrivons pas en terre inconnue. Pour ma part, j’ai une grande expérience des rallyes de régularité.» L’expérience de la régularité est évidemment importante mais ce n’est pas tout ! Les épreuves de régularités par secteur sur Francorchamps et Zolder risquent d’en surprendre plus d’un car c'est une nouveauté et peu d'équipages y ont déjà été confrontés... « Pour moi, ça sera une première, continue Philippe. Je pense qu'on devrait néanmoins pouvoir tirer notre épingle du jeu. José a déjà fait  face à ce genre d’épreuve au Portugal. Ca devrait nous faciliter la tâche même si l’exercice semble compliqué.»

Raymond Collignon et Adrien Felot, ce duo habitué à traverser l’Europe, virevoltera cette fois à travers la Belgique à bord d’une Porsche 911 de 1976. « Adrien et moi roulons ensemble depuis sept ans, explique Raymond. Nous avons roulé un peu partout en Europe et récemment au rallye historique du Portugal. Pour ma part, j’ai gagné le Tour de Belgique dans les années 90, alors qu’il partait de Liège sur le coup de minuit. Je me rappelle que l’épreuve était très difficile, mais je me suis bien préparé. On aborde ce Tour de Belgique sans crainte. Avec Adrien, on ne prétend pas vraiment à la victoire. On sait le plateau très relevé. Il ne faut pas se mettre de pression sinon c’est au détriment de l’amusement. Et se faire plaisir, ça reste l’objectif principal ! »

Claude Verhelle et Yves Thirionet roulent ensemble depuis 17 ans ! Eux aussi parcourent l’Europe voire le monde au volant de leur Ford Cortina GT de 1965. « L’année dernière, nos ambitions de victoires se sont vite envolées après que la boîte de vitesses nous ait lâchés. Cette fois, on espère que la chance sera de notre côté. La Ford Cortina GT est une voiture qui me procure énormément de plaisir. Le point d’orgue de son palmarès est sûrement notre victoire au rallye historique du Portugal. Cette année, on a droit à notre revanche. Sans se mettre de pression, on veut viser le podium. Cependant, tous les spécialistes de la discipline sont présents. Avec ce genre de plateau, tout se jouera sur des détails. Il faudra être attentif du premier au dernier kilomètre. C’est un challenge qu’on se réjouit de débuter ! »

Johnny Delhez et Eddy Gully ont connu une véritable désillusion lors du Tour de Belgique 2012. Alors en tête de la course, les deux hommes sont... tombés en panne d’essence. Une bêtise qui leur a coûté des pénalités les éloignant du podium et qui leur laisse un goût amer.  Mais la vengeance est un plat qui se mange froid. Ce goût, il compte bien le troquer contre celui de la victoire dans deux semaines.  « La première certitude, c’est qu’on ne devrait plus tomber en panne d’essence, rigole Johnny. Les organisateurs ont promis d’être attentifs à la fréquence des points de ravitaillement. Je les en remercie !  Cette année, je me suis fait plaisir et j’ai acheté une Ford Escort RS 2000 de 1970. Cette voiture, je l’ai trouvée au Portugal où j’ai récemment disputé un rallye historique, mais pas de chance, le pont arrière a cassé ! Espérons que le chat noir ne nous aura pas suivis jusqu’en Belgique !  De plus, comme j’ai acheté cette voiture récemment, elle ne possède pas encore de palmarès. C’est un point qu’Eddy et moi comptons rectifier dans deux semaines à l’arrivée du Tour de Belgique. Même si le plateau est très fourni, on va viser le podium. Tous les spécialistes sont de la partie, mais d’un côté, on se connaît tous. Ça promet une belle ambiance entre les équipages. C’est aussi ça le Tour de Belgique ! »