TDB 2014 : Les premiers engagés sont connus, à qui le tour ?

Dans les rangs de DG Sport, c’est avec délectation qu’on voit arriver l’ultime ligne droite menant à la troisième édition ‘moderne’ du Tour de Belgique Historique.


Les 14, 15 et 16 novembre, l’imposante caravane affrontera un parcours trois étoiles qui s’élancera depuis le Circuit Jules Tacheny de Mettet, où auront lieu les opérations de contrôles techniques et administratifs le vendredi, pour mettre le cap sur la région de Dinant. Le lendemain, les anciennes prendront la direction de Chimay et son circuit avant un crochet par la France et une remontée vers la Province de Liège via la Famenne. C’est dans la prestigieuse cour du Palais des Princes-Evêques, au cœur de la Cité ardente, que la deuxième journée s’achèvera. Quant au dimanche, il verra les rescapés crapahuter en Hesbaye, avant de regagner la région spadoise via Aywaille. L’ultime Test de Régularité aura lieu sur le circuit de Spa-Francorchamps, avant une cérémonie de remise des prix digne de ce nom dans la ville d’eaux.

« Comme annoncé il y a quelques semaines, nous avons passablement modifié la philosophie de notre épreuve, explique Robert Vandevorst. Les Contrôles Horaires (CH) seront nettement moins nombreux, passant de 50 à 23, mais les Tests de Régularité (RT) vont se multiplier. Et les surprises seront nombreuses, avec notamment le samedi un RT que l’on peut déjà qualifier d’exceptionnel, car disputé sur un terrain privé jamais utilisé en rallye par le passé ! Nous tenons également à mettre l’accent sur le fait que le road-book consistera uniquement en du fléché-métré, et sera donc tout à fait compréhensible, même pour des novices. Pour des raisons de sécurité, il y aura de nombreux changements de moyennes dans les RT, mais tout sera annoncé à l’avance sur le site officiel du Tour de Belgique, sur la page Facebook, mais aussi par mail. Nous partons du principe que les copilotes doivent avant tout être des navigateurs, et non des mathématiciens. Raison pour laquelle les appareillages électroniques intégrés de types Chrono Piste ou Blue Nick, qui permettent d’encoder à l’avance les changements de moyennes et donc d’appréhender les secteurs décisifs de manière plus relax, sont définitivement autorisés. Nous considérons même que ce matériel, peu onéreux en soi, constitue l’avenir des rallyes de régularité reposant sur des RT. »

Parmi les grandes nouveautés de ce Tour de Belgique Historique 2014, la catégorie Critérium s’annonce prometteuse… « Les premiers engagements sont en effet rentrés, poursuit Robert Vandevorst, et d’autres suivront. Qu’on se le dise, le Critérium n’a rien d’une balade ! Ce sera sportif, puisque les équipages, qu’ils soient familiaux, novices ou tout simplement modestes, car ne souhaitant pas affronter directement les spécialistes de la régularité que compte notre pays, se produiront sur 90% du tracé, sur les mêmes routes. Les différences ? Des temps de récupération plus longs, notamment à midi, l’absence de toute portion de terre ou d’asphalte dégradé, et des moyennes parfois adaptées. Ce Critérium offre la possibilité à des équipages qui effectuent leurs grands débuts dans ce genre de discipline d’aborder la régularité par la grande porte, avec la traversée de belles régions, des secteurs parfois plus difficiles, mais toujours une écrasante majorité de routes à faible circulation, et des arrêts multipliés. Les équipages composés de Patrick Van Damme et Jean-Claude Mathoul (Porsche 356 C) ou Rudi Doms et Jan De Vocht (Austin Healey 3000), constituent ainsi de beaux exemples de ce que sera le Critérium : une épreuve réservée aux gentlemen-drivers, plutôt qu’aux gentlemen-racers, engageant des voitures souvent plus anciennes qu’ils n’ont pas envie de soumettre à trop rude épreuve. »

Pour ce qui est des spécialistes, plusieurs duos ‘ronflants’ sont d’ores et déjà confirmés, à l’image de Lohisse-Bestgen (MG B GT V8), Aerts-Chapa (BMW 2002 Tii Touring), Baugnée-Remion (MG B), Lamotte-Polet (Lancia Fulvia), Dominiczak-Dominiczak (Triumph Dolomite), Jacquet-Albert (Toyota Celica GT), Verhulst-Verhulst (Volvo P1800), Closjans-Herman (Porsche 356 Pré-A), Guilmain-Guilmain (Porsche 911 Targa), Mondron-Werner (Porsche 911 S), Ninane-Simon (Opel Kadett), Gonin-Content (BMW 2002 Tii), Reuter-Bernard (Porsche 914/6), Fievez-Lys (Porsche 911), etc. Voilà qui promet. Rayon originalités, Vincent Snyers sera bien sûr de la partie avec sa Simca 1100, tandis que Thierry Lange est annoncé sur une Peugeot 504 V6.

Autant de confirmations qui ne manqueront pas d’en entraîner d’autres dans les meilleurs délais.