Des autos peu courantes au départ

L’un des attraits du Tour de Belgique Historique vient de la diversité des voitures en lice.

A côté des Porsche 911, Ford Escort, Opel Kadett et autres Toyota Celica, des engins a priori moins affûtés se lanceront ce week-end à l’assaut des 25 Regularity Tests (14 pour le Critérium) figurant au menu  concocté par DG Sport.

Parmi ces modèles peu courants, la Simca 1100 de Vincent Snyers fait figure d’habituée : « Exact, j’ai participé à toutes les éditions du Tour organisées par DG Sport », sourit le pilote hannutois. « J’en apprécie l’ambiance, la convivialité et la sélectivité. Au volant de ma 1100, je n’ai que peu de chances de briller au classement général mais je vise les lauriers dans ma classe. »

Chez Snyers, la passion pour le rallye se cultive de père en fils. Mais les débuts de Vincent derrière le volant méritent d’être contés par le détail : « J’ai fait la connaissance de Jean Dewandre qui était à la fois… vicaire dans la paroisse de Herve et l’heureux possesseur d’une Talbot Sunbeam qu’il alignait en course. C’est lui qui m’a incité à sauter le pas et à découvrir les épreuves historiques. Spa,  la Coupe des Sources, Clavier, le Bianchi, j’ai multiplié les expériences. Puis Bernard Herman – autre passionné de Simca – m’a parlé du Tour de Belgique et j’ai immédiatement mordu à l’hameçon. Je ne le regrette pas : l’organisation est nickel, les classements tombent rapidement et le challenge sportif est réel, le tout dans une atmosphère cool et sympa. »

On s’en doute, assurer l’entretien et la préparation d’une voiture devenue rare comme la Simca 1100 n’est pas automatiquement un jeu d’enfants : « Heureusement, de nombreuses pièces de Simca Horizon et de Peugeot 309 peuvent être adaptées sur ma monture », confie Vincent. « Au fil des années et grâce aux contacts de Bernard Herman, j’ai constitué mon petit réseau en France. Quand aucune solution ne se dégage, je me tourne vers Freddy Michotte, le spécialiste basé à Dochamps, qui n’a pas son pareil pour fabriquer des pièces. Cela dit, avec 82 cv pour une tonne, mon auto n’est pas une bête de course ! Tenir la moyenne de 50 km/h ne pose pas trop de problèmes… mais l’affaire se corse s’il faut hausser le rythme pour rattraper du retard après une erreur ; ça devient compliqué. C’est aussi un des charmes d’une épreuve comme le Tour de Belgique : la mission de l’équipier y revêt autant d’importance que celle du pilote ; là, je mets un peu plus de pression sur mon beau-frère Henri Neulens avec lequel je partage cette chouette aventure… »

DES CHIFFRES ET DES LETTRES...

PETITS ET GROS CUBES : un moment annoncés sur une Fiat 500, Vincent Descheemaecker et Axel Ophoff ont finalement opté pour une VW Coccinelle de 1972. La plus petite cylindrée en lice est dès lors la DAF 66 de Bruno Claessens-Philippe Corman propulsée par un bloc 1100cc. A l’autre bout de l’échelle, on trouve la Mercedes 450SLC d’Antoine Brajkovic-René Beyers qui affiche ses 4520cc !

LES 911 EN FORCE : la plus célèbre des GT produites par la marque de Zuffenhausen est la mieux représentée. On en recense onze exemplaires dans le Tour de Belgique et cinq en Critérium. La palette des versions est particulièrement large, depuis la 2.0l de 1965 à la 3.2l 1984 en passant par les 2.2l, 2.7l et 3.0l, dans diverses déclinaisons (S, R, SC, etc).

LA PALME A VOLVO ET A PORSCHE : la Volvo PV544 de Jean-Jaques Martens-Yves Lambert est la plus ancienne des voitures engagées dans le Tour de Belgique puisqu’elle date de 1957. Côté Critérium, la Porsche 356 Pré-A de Michel Closjans et Renaud Herman décroche la palme puisqu’elle affiche gaillardement ses… 61 printemps (1954).

UN PEU DE DOUCEUR DANS UN MONDE DE BRUTES : la gent féminine est bien présente au départ du Tour de Belgique. Gisèle Thirionnet est la seule à prendre le volant (elle pilote une Fiat 124 Abarth) tandis que Catherine Monard, Justine Lange, Anne Baillet, Stéphanie Maurand et Mirela Bucovicean officient dans le baquet de droite, respectivement aux côtés d’Eric Piraux (Renault 5 Alpine), Thierry Lange (Peugeot 504 Coupé), Christophe Baillet (Porsche 911 SC), Bruno Thery (Porsche 911 SC) et Gabriel Stanciu (Alfa Romeo Giulia GT). 

DES NEUVILLE AU DEPART : si Thierry sera bien occupé durant ce prochain week-end au volant de sa Hyundai i20 WRC sur les chemins de terre du Pays de Galles, d’autres Neuville en découdront sur les routes belges. Jean et Bertrand disputeront le Tour à bord d’une BMW 1502 tandis que Georges et Jean-François chercheront à briller dans le Critérium sur leur VW Golf GTi.