Loix, Bartholemy, Fastré : quand le rallye et la moto jouent la régularité !

La liste des engagés au Tour de Belgique Historique (18-20 novembre) se complète peu à peu. Cette édition 2016 réunira les valeurs sûres de la régularité bien entendu mais aussi des figures connues dans d’autres disciplines.

Ainsi, le rallye de vitesse et le MotoGP seront représentés dans l’épreuve organisée par DG Sport.

Assuré d’un troisième titre national consécutif, Freddy Loix a fait l’impasse sur le rallye du Condroz qui marquait la fin du championnat. Pour autant, sa saison n’est pas terminée puisqu’il a décidé de participer au Tour de Belgique : « L’idée a germé à l’occasion d’un repas avec mon équipier Johan Gitsels », précise-t-il. « D’emblée, nous avons décidé de ne pas disputer l’épreuve ensemble… mais d’en partager au maximum les bons moments. Pour une fois, Johan prendra le volant – celui d’une Porsche 911 SC RS – et sera copiloté par son frère Peter alors que je piloterai une autre Porsche 911 et suivrai les indications de ma compagne Marie. Nous avons demandé à l’organisateur de nous placer l’un derrière l’autre dans l’ordre des départs afin que nous puissions nous aider en cas de besoin. Et puis cela enlèvera un peu de stress à Marie dont, pour être honnête, j’ignore les qualités de navigatrice. De toute façon, l’objectif n’est pas de gagner mais de passer un chouette week-end dans une ambiance cool, différente de celle que nous connaissons lors des rallyes traditionnels. »

S’il est peu connu dans le monde de l’automobile, le nom de Michael Bartholemy fait figure de référence dans le milieu motocycliste. Et pour cause : après avoir amené le team Marc VDS au sommet du Moto2, Michael Bartholemy a poursuivi sur sa lancée dans la catégorie-reine, le MotoGP. L’équipe belge y a d’emblée goûté aux joies de la victoire lors du Grand Prix des Pays-Bas à Assen où Jack Miller a pu compter sur une stratégie sans failles pour s’imposer. Mais en cette fin de saison, le team-principal de la formation carolorégienne aspire à se changer les idées : « Depuis quelques années, je profite de la courte trêve hivernale pour disputer l’une ou l’autre épreuve de régularité, » explique Michael Bartholemy. « En début d’année, j’ai participé au Monte-Carlo Historique et je serai encore de la partie en janvier prochain. J’y ferai cause commune avec mon fils Noah, 17 ans, pour lequel le Tour de Belgique constituera un premier entraînement idéal avant la classique monégasque. Plusieurs amis ayant participé l’an dernier à l’événement proposé par DG Sport m’en ont loué les qualités d’organisation et de parcours. Ceci explique ma présence avec une Porsche 911S de 1974. »

Comme Freddy Loix, Michael Bartholemy entend prendre du bon temps durant ces deux jours sur les routes belges : « Pour viser la victoire, je devrais rouler plus souvent… Qui sait, dans vingt ans peut-être, et avec mon fils au volant ? D’ici là, j’ai envie de me faire plaisir en compagnie de quelques amis également en lice comme Gérard Meuwissen qui pilotera une Lancia Delta, Dirk Lührmann engagé sur une Fiat 124 Abarth, Eddy Roderbourg qui hésite entre une BMW 2002 ou une Alpine 1600S, ou encore Volker Scheck lui aussi sur Lancia Delta. »

De moto, il est encore question avec Grégory et Charles Fastré. La participation de l’ancien champion du monde d’endurance (sur deux roues…) et de son paternel est l’aboutissement d’une belle histoire familiale : « Nous disputerons le Tour à bord d’une Audi 80 GT de 1974, » précise Grégory. « En fait, mon frère a acheté cette voiture en Allemagne à un membre de l’équipe Audi Sport puis il l’a vendue à Yanick Bodson. Ce dernier l’a utilisée à plusieurs reprises… avant de la céder à nouveau à mon frangin. Il faut savoir que notre père avait pris part à de nombreuses épreuves provinciales au volant d’une Audi de ce type et nous avons pensé que participer au Tour de Belgique sur cette auto était un chouette cadeau à lui faire. Je piloterai et il sera donc mon équipier. Je lui fais totale confiance pour me guider avec efficacité car il en connaît un bout en matière de navigation. Mais l’essentiel restera de s’amuser dans un bon esprit… de famille, bien entendu ! »