Septante-six équipages au départ

Le compte à rebours est terminé : septante-six équipages ont pris le départ du Tour de Belgique, ce vendredi à Nivelles.

Vingt-neuf d’entre eux sont engagés en catégorie Marathon et trente-quatre forment le peloton Tour de Belgique tandis que treize tandems s’affrontent dans le cadre de la catégorie New Technology.

Mise en jambes : ce vendredi après-midi, un double hors d’œuvre – humide… – attendait les participants sur le terrain de la Driving Peugeot Academy à Nivelles ; un petit exercice idéal pour se mettre « en jambes » avant le départ donné depuis la place Schiffeleers dans le centre-ville. Les experts de la régularité, engagés en catégorie Marathon, s’affrontaient en soirée sur cinq Regularity Tests (RT) tandis que le reste de la meute poursuivait son « échauffement » via un court RT et un détour par le circuit motos de Floreffe, avant d’entrer dans le vif du sujet samedi matin lors d’une première confrontation à Mettet.

Deflandre forfait : un des équipages fréquemment cité parmi les favoris de ce Tour a dû déclarer forfait. Déjà contraints à l’abandon lors du Tour 2015 à cause d’ennuis mécaniques, Yves Deflandre et Joseph Lambert ont hélas jeté le gant avant même le départ en raison de soucis de moteur sur la Porsche 911. Autre absence regrettable, celle du motard Grégory Fastré : s’étant blessé au pied, il a dû laisser le volant de l’Audi 80 GT n°37 à Louis Petitjean, Charles Fastré gardant sa place dans le baquet de droite.

Grégoire de Mévius… équipier de son fils : engagé en New Technology sur une Peugeot 308 GTi, Guillaume de Mévius est navigué par… son père Grégoire. Une belle histoire de famille, et une première expérience comme navigateur pour l’ancien champion du monde Groupe N qui a croisé une reproduction très fidèle de son ancienne Mazda 323, alignée par Michel Thibaut-Philippe Verpoorten.

Vitrine : plus que jamais, le Tour de Belgique prend l’allure d’une vitrine… mobile pour de nombreux modèles ayant marqué l’histoire de l’automobile au sens large du terme. A côté des « habituelles » Porsche 911 et 924, Ford Escort, MG B et BMW, citons des engins aussi différents que l’Abarth Monza Sport Coupé de Guy Moerenhout-Filip De Muynck, la Citroën CX de Julien Fath-Alain Falcone, la Porsche 928S de Jean-Lou Herbeth-Antonio Caldeira, la Porsche 911R de Stefan Van Vooren-Jochen Moortgat, l’Apal Coupé de Patrick Van Remoortel-Eddy Nys, ou la VW Karmann Ghia de Ingrid Peeters-Roahmy Machoir-Heras.